Damier de la succise

Le Damier de la Succise

Euphydrias aurinia aurinia (Rottemburg, 1775)

 

 

Les ailes antérieures mesurent de 15 à 25 mm et sont quadrillées de lignes noires d'où le nom de damier. Le dessus fauve présente souvent, sur l'aile antérieure, une bande noire postdiscale épaisse. La série complète de points noirs dans la bande postdiscale orange de l'aile postérieure, visible sur les 2 faces, est caractéristique, et le différencie du Damier du frêne. Notons la grande variabilité morphologique entre les populations, ou même les variations saisonnières.

 

Ce papillon se développe en une seule génération. Les adultes volent de mi-avril à mi-juillet, chaque individu ayant une durée de vie d'une quinzaine de jour seulement. Les biotopes fréquentés sont multiples : prairies fleuries humides ou sèches, lisières de bois, clairières sur sol calcaire ou acide, pelouses plus ou moins sèches, landes humides...Généralement, tous les œufs sont pondus en un seul paquet, et les chenilles, noires et hérissées de spicules très ramifiées, éclosent après 3 à 4 semaines d'incubation. Grégaires dans un premier temps, elles hivernent dans un nid en toile. Elles se nourrissent principalement de scabieuses, et notamment de Succise des prés (Succisa pratensis). Elles sont très exposées à différents parasitoïdes, notamment en raison de leur grégarisme, ce qui peut entraîner une mortalité élevée, et expliquer des fluctuations d'effectifs d'une année sur l'autre. Les adultes sont relativement sédentaires.

 

Le Damier de la Succise occupe l'essentiel de l'Europe. En France, il est localisé mais plutôt abondant, les effectifs pouvant fortement varier d'une année sur l'autre. Il semble cependant en régression, ayant déjà disparu de la région parisienne. En Bourgogne, il est assez répandu, excepté dans les milieux trop secs. On constate cependant sa régression, notamment dans les régions où le vignoble, où les cultures se sont étendus, par exemple dans le nord de l'Yonne. Cent vingt stations étaient connues en 1980, la moitié ont été confirmées depuis 1990.

 

Sensible à l'isolement de ses populations, les habitats de ce papillon sont menacés par des opérations d'assèchement, d'amendement des prairies en nitrates (défavorable à la plante hôte), ou la fauche précoce, durant les périodes de développement larvaire, avant la diapause estivale. L'espèce est protégée en France.

 



Parc Naturel Régional du Morvan
Maison du Parc
58230 SAINT BRISSON
tel : 03 86 78 79 00