agrion de mercure

L'Agrion de Mercure

Coenagrion mercuriale (Charpentier, 1840)

 

 

Cet Agrion de 30 à 40 mm d'envergure est gracile, comme les autres zygoptères, son abdomen est fin, cylindrique et allongé, ses ailes postérieures sont identiques aux antérieures. Les taches postoculaires sont nettes et arrondies. Les mâles sont bleu ciel, avec des ornementations noires sur la face supérieure de l'abdomen, dont les dessins sont caractéristiques de l'espèce, et en particulier le dessin du second segment abdominal, ressemblant souvent à une tête de taureau. Les femelles sont plus délicates à déterminer ; elles sont de couleur brunâtre, avec des dessins noirs bronzés recouvrant presque entièrement le dessus de l'abdomen. La larve est de forme grêle et allongée, et pourvue de 3 lamelles caudales, comme chez les autres zygoptères. Les adultes peuvent facilement se confondre avec ceux d'autres coenagrionidae, comme Coenagrion ornatum, qui fréquente les mêmes types d'habitats.

 

L'Agrion de Mercure est l'hôte typique des petits ruisselets à eau claire et oxygénée, en prairie, bien ensoleillés, et envahis de végétation (joncs, laîches, glycéries, menthes, myosotis, callitriches...). On le trouve dans les milieux courants près de sources, suintements, fontaines, résurgences, fossés, drains, ruisseaux ou petites rivières. Le cycle de développement dure 2 ans. La période de vol s'étend de mai à fin juillet. Les œufs sont insérés dans les plantes aquatiques et riveraines par la femelle, en tandem avec le mâle. La larve éclos après quelques semaines, et va muer 12 à 13 fois en une vingtaine de mois, avant d'émerger et de se métamorphoser. Après quelques jours de maturation, les imagos se concentrent près des biotopes de reproduction pour s'accoupler et pondre. Larve et adultes sont carnassiers, comme toutes les espèces de libellules. Les imagos attrapent des petits insectes volants, comme des diptères, les larves se nourrissent d'invertébrés aquatiques, larves d'insectes, de mollusques, de vers...

 

L'Agrion de Mercure occupe l'Europe occidentale et méridionale. En France, malgré sa discrétion, l'espèce semble assez largement répandue, et les effectifs sont parfois importants. Elle semble un peu plus rare au nord de la Loire. On constate cependant une régression des populations, voire même une extinction, dans de nombreux pays au nord de son aire. Présent dans les 4 départements, l'Agrion de mercure préfèrerait, d'après la bibliographie, les terrains calcaires. Il semble cependant largement répandu dans le Morvan, où il trouve profusion de micro habitats favorables.

 

L'espèce bénéficie d'une protection nationale. Bien que relativement bien représentée en France, ses habitats restent très vulnérables. Le curage ou le recalibrage des fossés, le piétinement, la fermeture des milieux, les pollutions industrielles, agricoles ou urbaines constituent les principales menaces.

 



Parc Naturel Régional du Morvan
Maison du Parc
58230 SAINT BRISSON
tel : 03 86 78 79 00